Médecine et naturopathie sont-elles complémentaires ?

La naturopathie et la médecine n’ont pas la même approche. La naturopathie a deux branches : préventives (agir donc avant d’être malade et prendre soin de soi même quand tout va bien) et thérapeutiques (quand il y a une problématique).
Ces deux branches d’action sont complètement compatibles avec la médecine qui agit sur les symptômes.

Imaginez un monde dans lequel la médecine serait réservée aux vraies urgences ? Un monde dans lequel les salles d’attente des médecins ne seraient plus encombrées de personnes avec un petit rhume (sans jugement de ma part) ? Ou une diarrhée faisant suite à une antibiothérapie (sans prise de probiotiques…) ? Beaucoup de médecins avec lesquels je discute me disent que beaucoup de consultations pourraient être évitées avec de la prévention. Il serait ainsi plus facile d’obtenir un rendez-vous en cas d’urgence.

Je vais prendre mon exemple précis. Depuis 10 jours, j’ai été plus malade qu’en plusieurs années. J’ai commencé par des soucis cardiaques et j’ai du passer par la case des urgences. La médecine était le seul choix à ce moment là (je n’allais pas juste consommer de l’aubépine…).
Puis j’ai eu la grippe et une pharyngite, là la médecine ne pouvait pas faire grand chose comme me l’a dit le médecin : j’avais besoin de repos, d’hydratation et de lavage de nez.
Enfin, j’ai eu une infection bactérienne au niveau des sinus maxillaires (cela arrive parfois suite à une infection virale comme la pharyngite, la rhinopharyngite etc.). J’ai au des douleurs atroces dans les joues. Aucune technique en naturopathie n’aurait pu me soulager. Verdict du médecin pour la sinusite : antibiotiques, corticoïdes et paracétamol pour la douleur. En une nuit, j’allais déjà beaucoup mieux.

La naturopathie revient sur le devant de la scène pour l’après. Qui dit antibiotiques dit probiotiques. Mon corps (ma tête aussi…) a été bien impactée par ces problèmes de santé. Je fais une cure de vitamines et minéraux. Je prends soin de mon foie. Je me repose. Je prends des Fleurs de Bach notamment pour m’aider au niveau du stress (j’ai pris du retard dans mon travail, dans la gestion du quotidien de la maison etc).

Naturopathie et médecine sont compatibles. J’en suis convaincue.

Lettre ouverte au personnel médical et para-médical (et à qui est intéressé.e par le sujet)

Je suis naturopathe et doula. J’exerce deux professions non réglementées et souvent jugées, critiquées, taxées de charlatanisme.

Pour la partie naturopathe, les critiques viennent généralement des médecins. Qui disent qu’on ne sert à rien, nous les naturo. Qu’on est dangereux, qu’on met en péril la santé voire la vie des gens, qu’on fait « mumuse » avec nos plantes. Qu’on parle de patient pour les personnes vues en consultation, alors que c’est un terme réservé au corps médical ou para-médical. Qu’on prétend guérir, notamment des maladies graves comme le cancer.

Pour la partie doula, les critiques viennent le plus souvent des sages-femmes et parfois des gynécologues-obstétricien.nes. Nous mettons en danger la grossesse des femmes, leur vie et celle de leur bébé lors des accouchements. On vole leur travail pour les sages-femmes. Certaines doula proposent des « préparations à la naissance », alors que ce terme est réservé aux sages-femmes.

Est-ce que être naturopathe et être doula c’est faire toutes ces choses ? Pour certains naturopathes et doula, oui. Il existe clairement des gens dangereux, des charlatans. Comme dans toutes les professions d’ailleurs.

Mais est-ce que pour une minorité de gens (enfin j’espère que c’est une minorité) qui font mal leur travail et/ou qui ne respectent pas les règles, il faut accuser et blâmer la profession en entier ? Je ne le pense pas. Cela témoigne d’une faille (ou de plusieurs) dans le système en revanche.

En tant que naturopathe, j’accompagne les femmes qui ont identifié des problématiques dans leur vie. Je ne force personne à venir en consultation, les femmes ne mettent en place des changements dans leur vie que si elles le décident. Je ne demande jamais d’interrompre un traitement médical. J’oriente systématiquement vers le médecin ou un.e spécialiste quand j’estime que c’est nécessaire (j’ai par exemple déjà refusé d’accompagner une personne qui présentait des troubles psychologiques importants [selon moi] mais qui refusait de voir un.e psychologue ou autre psy).
Je travaille en collaboration avec des gynécologues (notamment pour les troubles du cycle menstruel), des sages-femmes (pour les femmes en préconception, enceintes), des ostéopathes, des médecins, des consultantes en lactation, des psychologues, des praticien.nes en réflexe archaïques, des hypnothérapeutes… et encore plein d’autres professions.
Nous apportons tous.toutes quelque chose, à notre niveau. La meilleure prise en charge pour une personne est la prise en charge pluridisciplinaire. J’en suis convaincue.

En tant que doula, j’accompagne les femmes et les familles. Je propose des temps d’écoute, des massages, de la cuisine postnatale, des soins rituels Rebozo, de l’HypnoNatal… Ce que je propose n’a absolument rien à voir avec le métier de sage-femme. Notre point commun ? Accompagner les femmes. Pour les sages-femmes ce sera sur un aspect médical (et pour certaines cela va au delà, quand elles ont le temps et les conditions pour travailler). Pour les doula, enfin pour moi, ce sera sur un aspect émotionnel, logistique, pratique.
Certaines sages-femmes pensent que les doula leur piquent leur travail. J’entends beaucoup de peur… mais est-ce vraiment la faute des doula ? N’est-ce pas la faute au manque de moyens, au manque d’humanité, aux conditions déplorables dans lesquels les sages-femmes doivent exercer leur métier ? Est-ce que les sages-femmes n’ont pas peur que les conditions d’exercice de leur métier continuent de se dégrader ?

Je suis persuadée qu’il est possible de travailler, tous et toutes ensemble, en bonne intelligence. En pensant à l’intérêt de la personne que l’on accompagne.
J’en suis persuadée car je l’expérimente. J’ai la chance de travailler avec différents corps de métiers qui acceptent la naturopathie et les doula. J’échange avec des femmes qui se sentent soutenues et réellement accompagnées dans cette démarche pluridisciplinaire.
En tant que femme, j’aime être accompagnée par mon médecin, ma sage-femme, ma kinésiologue, ma masseuse, mon ostéopathe… Je me sens au centre de la prise en charge, respectée, écoutée et avec toute une équipe en soutien.

Avec bienveillance et respect,

Fiona
Naturopathe & doula

Actualité de mars 2022 / Conférence

A la suite de la conférence sur l’allaitement et l’alimentation (l’e-book est d’ailleurs presque fini, je peaufine quelques recettes !), je propose une conférence sur comment prendre soin de son bébé/enfant au naturel.

On y parlera de l’immunité des enfants, d’alimentation, de comment accompagner la fièvre mais aussi de certains mots en particulier (reflux, constipation, poussées dentaires, erythème fessier…).

La conférence se déroulera via Zoom, le mardi 22 mars de 18h à 19h. Un replay sera envoyé aux personnes inscrites. Le tarif est de 5€.